Plus que 12 jours

Posté par solitrek le 14 mars 2009

Salut, plus que 12 jours à Surkey !! ça fait drôle, il faudra du temps pour digérer…

Certains moments durs depuis le départ d’Hadrien, on reprend vite l’habitude de parler français. Aujourd’hui, nous avons eu une réunion pour régler les comptes avec le corrupteur  de l’électricité et des terrains de jungle, c’était intéressant.

Demain, ce sera la passage d’Ang Gelu qui part en expé à l’Everest.

Les tomates vont bien, j’espère qu’elles supporteront bien le départ de leur Papa…et surtout que leur Papa supportera le retour !! lol Tschuss !!

Marc

Publié dans Agriculture, Vie de l'association | Pas de Commentaire »

Patricia Lheritier en concert pour Solitrek

Posté par solitrek le 10 mars 2009

dsc2350.jpg

Après avoir suivi différentes formations vocales et musicales en France et au Canada, Patricia Lhéritier a su prendre une place de choix dans l’univers du Jazz vocal.

Une tournée internationale avec la compagnie de nouveau cirque « les Arts Sauts » a fait de Patricia une chanteuse de haute voltige au registre étendu.

Aujourd’hui elle parcourt l’univers musical avec passion, rythme et sensibilité au service d’une musique puissante, remplie d’espoir et d’expression: le GOSPEL

Sa personnalité aux phrasés subtils et parfaitement maîtrisés, associée à sa voix envoutante, chaude et sensuelle fait ressentir l’émotion intense et la force de ces chants noirs-américains.

               img11862.jpg

A découvrir sans modération au cours de trois concerts dans la métropole:

- Vendredi  27mars à 20h à la chapelle Ste Thérèse de Hem

- Samedi 28 Mars à 2Oh30 à l’église du Sacré Coeur de Marcq en Baroeul

- Dimanche 29 Mars à 17h à l’église du Sacré Coeur de Mouvaux

Entrée 15€ (gratuit pour les -12 ans)

Réservations: Par envoi d’un chèque libellé à l’ordre de « Expression », à Solitrek, 43 rue Montyon, 59200 Tourcoing    

Renseignements: au 06.20.51.10.32 ou contact@solitrek.org

Pour mieux connaître Patricia,

rendez-vous sur son site http://www.patricia-lheritier.com/ 

ou www.myspace.com/isadoraproject

Patricia a proposé que Solitrek soit associée à ses trois concerts. 

Merci Patricia !!

Pleins de bonnes raisons pour venir nombreux écouter et accueillir Patricia dans le Nord

Publié dans Collecte de fonds | Pas de Commentaire »

Feu

Posté par solitrek le 8 mars 2009

Bon, il y a eu un imprévu assez conséquent il y a une dizaine de jours: ça a commencé par un énorme nuage de fumée qui remplissait la vallée avec une odeur de fumée. Un feu de forêt avait démarré dans la vallée et remontait, poussé par le vent.

A quelques mois de la mousson, la végétation est sèche et le vent violent, bref le cocktail idéal.

Commence alors le téléphone arabe : Lukla essaie de savoir si le feu est à Surkey, Surkey si Poya… et nous voilà partis pour Poya pour aider à protéger le village. Sur la route, les nouvelles sont alarmantes, des maisons ont brûlées… Finalement on est arrivé dans un village où les couvertures et objets de valeurs étaient assemblés sur la route, les toits humidifiés et tout contenant possible rempli d’eau, mais le débit sortant des tuyaux n’était guère rassurant, si besoin était. Finalement les nouvelles étaient « bonnes » : le feu n’avait pas passé la rivière, donc pas de dégât de maison, alors hop: patates en robe des champs et Tchang.

Puis au crépuscule, des cris: ça y est il arrive !! On s’équipe, c’est-à-dire on coupe une branche qui servira à étouffer le feu ou une pelle et puis c’est tout, notre bataillon de sapeurs-pompiers était prêt. Nous voilà à la recherche du meilleur point d’intervention. En fait Poya c’est un village qui s’étale tout au long de la route, très fin et entouré de forêt (30 minutes de marche entre les extrémités). On a choisi la zone où le feu était le plus proche des maisons et on est parti assez anarchiquement pour une lutte frontale…premier échec. Même si les flammes n’étaient pas énormes elles restent hors d’atteinte, protégées par la fumée en première ligne puis une chaleur intenable, la 20aine de bras étaient donc tenue à distance. C’est alors que la zone négligée nous fit un spectacle hallucinant: le feu jusque-là resté au sol jaillit dans les cimes et remontait la pente à une vitesse incroyable, il faisait maintenant nuit, craquement (les plus impressionnant sont ceux fait par les bambouseraies, les cannes explosant sous la chaleur), rougeoyance, démonstration de force implacable, notre escadron rentrait les bras ballants sans avoir rien fait si ce n’est regarder et bouffer de la cendre.

 diapositive8.jpg diapositive7.jpg

Vers 22h le vent s’était calmé, l’assaillant semblait moins virulent, il pâturait tranquillement sur un replat, les troupes étaient remotivées. On tentait notre deuxième sortie. Cette fois-ci plutôt qu’une approche silencieuse, c’était une horde barbare qui

Lire la suite… »

Publié dans Qualite de vie | Pas de Commentaire »

Quelques nouvelles

Posté par solitrek le 7 mars 2009

Bonjour à tous,

Ca faisait un petit moment que vous n’avez pas eu de nouvelles, il faut dire qu’il y a eu pas mal d’événements qui ont repoussé la montée à Lukla.

Alors quelques mots sur le trek dans le khumbu, ce fut une chouette rando, paysage magnifique, le pied et en plus un enrichissement très intéressant par rapport à Surkey et le projet :

-         Nous avons à faire à une vraie région touristique : + de 30000 visiteurs l’année dernière (en générale plus de 10 jours sur place) pour moins de 6000 habitants permanents. Ca veut dire que Surkey peut y allé dans le légume avant de saturer le marché

-         Beau contraste, Surkey et le Khumbu c’est à peu prêt la différence entre Tréminis (village du fin du Trièves extraordinaire) et la vallée de Chamonix

-         Sur la route du retour suite à une coïncidence incroyable on s’est retrouvé avec Karma chez un gars qui fait de la tomate sous serre dans la région. Un modèle de serre super intéressant : plus haute, plus gros volume donc meilleure atmosphère pour la tomate et n’utilisant que du petit bambou qui pousse localement donc achat du gros bambou en moins. Du coup on se lance dans la construction d’une serre de ce type cette semaine et à l’avenir c’est sans doute celui-ci qui sera favorisé !

-         Preuve encourageante de la possibilité de cultiver ce légume ici (ce village étant légèrement plus haut) et que la connaissance existe déjà sur place. Juste un problème de diffusion. La personne en question possède un frère qui travaille à l’équivalent de l’INRA népalaise à Katmandu et a donc accès directement à l’information, à quand une diffusion extra familiale ? De plus nous avons un échantillon de semence qu’il produit lui-même depuis 5 ans donc vraisemblablement adaptée aux conditions.

 serrpacding2.jpg  serrpacding1.jpg

Les résultats d’analyses de sols sont arrivées et conformes aux prédictions : pas de carences NPK, un taux de matière organique élevé : <7% mais un pH très bas : 4. Les amendements calciques seront nécessaires.

Les conditions sont bonnes et tout pousse sainement.

Il y a également eu la visite d’un hollandais faisant pousser des tomates en Thaïlande, qui nous a confortés dans nos pratiques.

Maintenant que les travaux sont finis pour la maison de Passang, nous finissons les serre : ouvertures latérales : recherche de bambou dans la forêt qui n’a pas brulée, façonnage du grillage et mise en place.

Les premiers essais de nettoyage des rochers gravés pour la peinture ont commencé.

Bref quand le printemps s’annonce, et que ça pousse le jardinier est heureux, même si son compatriote est rentré et que pour lui-même ça sent la fin de ce bout vie extraordinaire

A trop bientôt

Marc

PS : concernant l’électricité, Poyan vient de recevoir son matériel. Arrivé à Lukla, il faut donc le transporté à dos d’homme là-bas. Une turbine de plus de 400 Kg , c’est une sacrée prouesse. Je les ai vu passé, à Surkey,  (video). D’accord le matériel est offert par le sponsor, mais les efforts fournis valent bien le droit à une ampoule dans le salon.

turbine.jpg

Publié dans Agriculture, Qualite de vie | Pas de Commentaire »

Quelques brèves

Posté par solitrek le 14 février 2009

Il y a eu une nouvelle diversification des métiers exercés. On a fait …POMPIERS.

Tout le village fut réquisitionné grâce à la logique implacable d’un des habitants. Il avait débité un arbre dans un bosquet de conifères, il voulu débarrasser les restes en les brûlant.

Plutôt que de choisir le jour précédent qui fut nuageux et calme et de tout mettre dans le champ en contrebas, il préféra un jour ensoleillé, rester au milieu des aiguilles et herbes sèches (nous sommes en saison sèche) et démarra le feu quand le soleil était au zénith et qu’un vent soutenu soufflait vers les maisons.

Le résultat logique s’appliqua et on se retrouvait tous avec pelles et gamelles d’eau à contenir l’incendie qui fut contrôlé sans dégâts matériels.

Sinon, le chantier de l’école avance bien: le ponçage est fini ainsi que l’application de la couche antirouille sur le toit (11/02). Suite à une intervention de Karma, les volontaires ont commencé à se manifester.

Les tomates poussent normalement. On doit faire la transplantation des semis en motte demain.

L’infirmerie est mise au placard pour l’instant.

On devrait partir en trek après demain si tout va bien

Marc

Publié dans Agriculture, Education, Qualite de vie | Pas de Commentaire »

Mariage Sherpa

Posté par solitrek le 14 février 2009

Avant l’arrivée d’Adrien j’ai pu participer à un trek: le Sherpa wedding trek.

Il y avait un mariage dans la famille de Karma et j’étais invité. Un mariage, c’est comme tout événement ici ça se traduit d’abord par de la marche. Marche pour arriver dans la famille du marié (1 journée). Ensuite ici le procédé classique c’est que toute la famille et amis du côté du marié, se déplacent pour aller chez la mariée, on est accueilli, il y a un simulacre de séduction de la part d’émissaires de cette famille afin « d’amadouer » la famille « donneuse » de l’épouse. Concrètement distribution de Tchang, d’écharpes, de chant. Au bout d’un moment le père décrète alors qu’il veut bien « donner » sa fille au prétendant (ou plutôt à sa famille). Alors la cérémonie d’union à proprement parler commence et après fiesta. Le lendemain la famille repart avec la mariée jusqu’au village du marié et le troisième jour la famille de la mariée vient chez celle du marié et refiesta.

Dans ce cas là la distance pour rejoindre la famille de la mariée était digne d’une étape de trek, un col à 3000, une rivière sous les 2000 et une remontée jusqu’au village. Sauf que pour les sherpas, ce serait trop rapide alors ils ont trouvé une solution, ils se déguisent (comme pour chez nous une tenue de mariage est la tenue la plus chère qu’ils n’achèteront jamais, elle se doit de briller, mais par contre n’est pas l’accoutrement idéale pour une randonnée en montagne). Ensuite il y a les étapes dans des maisons de parentées, ça tchang, ça rokchi… Le cortège bien entendu est précédé en tête par un lama et une effigie.

Ce qui fut assez déconcertant, c’est que le village de la mariée est hors-zone touristique, on se rend compte alors que les chemins changent assez rapidement, cela rappelle plus les passages créés par des animaux sauvages que des sentiers. Certaines parties carrément des passages de chamois. Mais on se sent un peu ridicule en ce disant que le chemin est balèze puisque le doyen de la « cordée » avait 73 ans avec un accoutrement à faire pâlir un torreo et que la rando ne l’a pas empêché de danser jusqu’à deux trois heures du matin (il a quand même fait une petite sieste après la cérémonie 20aine de minutes). Sur les maisons aussi on voit une nette différence, pas de lodge, pas beaucoup de toits en tôle, des dimensions beaucoup plus petites. Donc très peu de lieu pour dormir ce qui n’est pas dramatique puisque le sommeil n’était pas invité. Sauf pour moi qui devait repartir le lendemain pour accueillir Adrien à Lukla. Finalement Karma ma trouvé une cabane à foin que j’ai pu partager avec une cohorte de ronfleurs ceux pour qui la quantité de tchang rendait nécessaire de dormir.

à bientôt – Marc

Publié dans Qualite de vie | Pas de Commentaire »

Kalé

Posté par solitrek le 14 février 2009

Voici l’étude d’impact de l’arrivée du cheval à Surkey.

C’est le premier cheval qui vit ici. Il a tout de suite été la coqueluche des enfants, et a rapidement été introduit dans les jeux sous différentes formes, cavaliers et chevaux dont les rennes sont les cordes à sauter sur la cour de l’école. Dans les champs, ce fut l’apparition du kalé (nom du cheval) en bambou. Ces chevaux de bambou existent en différentes versions qui se succèdent rapidement, la dernière version possède cloche et grelot. En effet, l’original possède désormais sa cloche pour être repéré plus facilement lorsqu’il pâture « in the jungle ». La couronne de grelot est l’équipement indispensable pour un cheval qui va servir de monture à un marié (ce qui est arrivé il y a une 10aine jours). Une balade à cheval dans Surkey se transforme assez vite en procession, avec des enfants derrière criant « tchou !!tchou !! » (traduire : aller hue). Par contre si les poursuivants se montrent très courageux par derrière, faîtes demi-tour, face à l’animal vos poursuivants perdent toute véhémence. C’est aussitôt la débandade. Cette méfiance est d’ailleurs partagée par bon nombre d’adultes, notamment tout ceux qui tentèrent leur baptême d’équitation avec Kalé. En effet celui-ci est un étalon qui prend un malin plaisir à tester son cavalier dans les premières minutes. Nous avons pu assister à de nombreuses cascades assez cocasses provoquant rires puissants dans l’assemblée.

dsc03542.jpg

Pour l’observation de certains animaux, il est parfois nécessaire de faire de longs affuts en forêt, pour d’autre il suffit de rester au plumard en silence… Un mustélidé (famille de la fouine, belette, furet) est venu interrompre une séance de lecture matinale. Cet animal est très apprécié de part sa consommation de rongeurs et peut être un hôte assidu d’un foyer, dans la mesure où on lui réserve une coupelle de thé et une population conséquente de souris (cette dernière propriété ne semble pas la plus rare). Il me semble avoir lu ou entendu, qu’avant l’introduction du chat en Europe, la fouine était régulièrement un animal de compagnie dans les fermes. A cette époque, animal de compagnie n’avait pas le même sens qu’aujourd’hui. Cela signifiait consacrer certains des restes alimentaires à celui-ci afin qu’il reste dans les parages mais dans des quantités telles que les propriétés de dératisations ne soient pas affectées.

Publié dans Qualite de vie | Pas de Commentaire »

Chroniques de la vie ordinaire

Posté par solitrek le 14 février 2009

Quelques petites anecdotes pas très roses. En effet, j’ai parlé souvent de beauté, de moments marrants, de choses qui m’émerveillent. Mais en fait je vis ici dans une société humaine avec des humains. Ils ne sont pas pires que les autres, pas meilleurs. On y retrouve juste de composantes peut-être universelles.

RESPECT DE LA VIE

Il y a un principe très fort dans le bouddhisme, c’est le respect de la vie, de toute vie. Ce qui donne certains aspects non violents très chouettes et quelques habitudes sympas. Quand quelqu’un veut se faire un bon petit poulet, il doit faire appel à un tueur de poulet, issus d’une autre ethnie. Ce côté-là est plutôt rigolo, après il y a d’autres aspect plus gênant:

Il y a un raccourci un peu restrictif qui résume parfois le respect de la vie à ne pas donner la mort; et on peut alors assister à des scènes assez cruelles: un zopkio (bovin de bât) a glissé hors du chemin et dans sa chute au fond du ravin s’est brisé la

Lire la suite… »

Publié dans Qualite de vie, Sante | Pas de Commentaire »

Triste réalité

Posté par solitrek le 7 février 2009

Le petit Mingma, dont Solitrek avait sponsorisé l’opération chirurgicale en Novembre, est décédé avant-hier soir à Surke.

Mingma devait recevoir de nouveaux soins tous les trois mois à l’hôpital de Kathmandou. A son retour mercredi dernier, tout semblait s’être bien déroulé, jusqu’à ce qu’un malaise inattendu l’emporte dans la nuit de Jeudi à Vendredi.

C’est une grande tristesse pour ses parents qui avaient fait preuve d’un grand courage en tentant de lui assurer une vie normale dans le difficile contexte de vie en altitude, et dont l’espoir n’avait fait que grandir depuis l’aide financière reçue de Solitrek. Le village entier est bien triste aujourd’hui, ainsi que toute l’équipe Solitrek qui avait passé de si bons moments auprès de Mingma et sa famille en Novembre.

Nous adressons à ses parents tous nos voeux de courage pour qu’ils puissent repartir vers un meilleur avenir.

                 dsc04159.jpg

Publié dans Sante | 2 Commentaires »

Journal d’un médecin de montagne

Posté par solitrek le 7 février 2009

Un récit long mais captivant de la vraie vie à Surke. Marc devenu malgré lui, médecin de montagne. Une lecture à ne manquer sous aucun prétexte.

 Récit de ma promotion comme infirmier de campagne, avec ses déviances… Ça a commencé le jour Karma m’a demandé si j’avais quelque chose dans ma pharmacie contre les coups. La voisine avait décidé la veille, de rééduquer son mari alcoolique à coup de manche de hache (pour l’avoir vu travailler au champ, je peux vous dire qu’elle à la coudée franche). Ce fut de loin mon cas le plus tragique, elle n’avait épargné aucun endroit, pas même les articulations, et lui trop alcoolisé pour esquiver quoique ce soit. Je me trouvais devant un homme gonflé de partout, qui décuvait petit à petit, son corps se réveillant alors à des douleurs atroces sans doute. Il n’avait trouvé qu’un chiffon pour essayer de garder un peu de chaleur sur les jambes. Je ne pouvais que lui conseiller d’aller à l’hôpital. Mais il refusait. Je lui ai donc donné mon tube d’Arnica gel qu’il s’est enfilé en une semaine. Après dix jours il est sorti pour la première fois, un des genoux est resté raide et le restera sans doute. L’effet positif est qu’il est maintenant à jeûn depuis 15 jours, ce qui ne devait pas lui être arrivé depuis des dizaines d’années. Il a maintenant repris la marche et le travail : c’est un bon vannier ainsi que tailleur de pierre, mais pas l’alcool. 

Quelques jours après la première intervention, une femme est tombée sur le chemin et s’était faite une entaille au niveau du tibia. Elle faisait appel à Migma, puisqu’il y avait une pharmacie dans la maison. Migma était vachement embêtée, elle n’avait jamais fait ça. J’ai essayé de lui expliquer. Après quelques minutes j’ai décidé de la rejoindre pour voir comment elle allait. Quand on est bouddhiste, que l’on a jamais tué un poulet ou un lapin et que l’on a passé une bonne partie de son enfance à aider aux tâches ménagère plutôt que d’escalader les rochers ou jouer avec les outils mutilants de papa (scie, marteau, ciseau à bois), on a pas été souvent confrontée au sang. Alors forcément devant cette entaille de 3 bon cm de long, bien profonde, datant de la veille et où le pus commençait à se former, elle ne savait pas trop par quel bout attaquer la chose et n’osait pas trop y toucher. Je pris donc du grade, je passais du statut de « la personne qui avait des médicaments» à celui « qui en plus sait les utiliser ». 

Avant que l’on m’accuse d’exercice illégal de la médecine, les seuls « médicaments» que je m’autorise sont : le sparadrap, la compresse, la Bétadine, la bande élasthanne, l’arnica (gel, teinture et huile) et la bonne volonté. On peut ajouter en accessoire involontaire l’effet placebo et l’aura de mon passeport. En effet mon statut d’Européen, je crois, est aussi puissant que la vue d’une blouse blanche. En effet, l’hôpital local est financé par la Suisse et de nombreux ponts, écoles ou autres ont été financés et construits par des étrangers. Donc étant étranger, je pourrai prétendre très facilement au statut de médecin, géomètre, bâtisseur je ne serais pas remis en cause avant d’avoir mis quelqu’un entre 4 planches ou fait un pont qui s’écroule. 

Lire la suite… »

Publié dans Sante | Pas de Commentaire »

1...345678
 

MABOUO EN MARCHE |
FCPE du collège Boris Vian |
Les campènes - Ensemble Fol... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | bienvenue chez les félines ...
| SAINT LAURENT POUR TOUS
| Gignac: Gardons le Cap